Pourquoi un bilan / une psychothérapie ?

On commence par poser le problème:

. Quelles sont les difficultés que la personne rencontre maintenant? Analyse de la demande.
. Comment comprendre les multiples causes (affectives, cognitives, psychologiques, familiales, sociales) des difficultés actuelles?
. Comment débloquer la situation actuelle et en collaboration avec qui (famille, école, médecin)?
. Pour cela il faut un bilan ou une période d'investigation (3-5 séances)
. La demande peut être claire d'entrée pour celui qui consulte, à savoir un bilan, pour éclaircir une suspicion de TDAH, HP, en cas de difficultés scolaires, sociales, émotionnelles ou autres.
. En tant que professionnel, on peut proposer un bilan pour infirmer ou valider un fonctionnement psychologique de type autistique, un Trouble Envahissant du développement (TED) ou un Syndrôme d'Asperger (TSA). Dans ces cas sensibles, la détection précoce est essentielle pour donner à l'enfant et à sa famille l'accompagnement et le soutien les plus adéquats possibles.

Pourquoi un bilan?

Un bon médecin pose un diagnostic clair et à partir de là il peut proposer un traitement approprié.
En tant que psychologue, je m'emploie à renvoyer à mon patient une image globale et précise de comment il apparaît ici et maintenant, dans ses forces et ses faiblesses, ses ressources psychologiques et ses difficultés, et je peux alors proposer des solutions concrètes et une prise en charge psychologique adaptée.

Je vois le bilan comme une fleur où chaque élément de la personnalité est un pétale ( fonctionnement intellectuel, fonctionnement psychologique, fonctionnement social, fonctionnement émotionnel).

Quelles relations y-a-t-il entre ces pétales?

De qui parle-t-on? D'un enfant surdoué et hypersensible? D'un enfant ayant une faible estime de lui car il échoue en classe victime d'un TDAH non diagnostiqué? D'un adolescent aux prises avec des idées suicidaires? D'un adulte surdoué au parcours professionnel peu satisfaisant?

Ce bilan est le point de départ permettant de cerner précisément ce qu'il y a à travailler par la suite, comment et avec qui. On peut aussi choisir d'attendre, de voir comment la situation évolue naturellement. En effet, parfois le bilan à lui seul permet la reprise évolutive et apporte un bien-être psychologique.

Quels problèmes plus précisément?

Je m'intéresse et je me suis formée plus particulièrement aux prises en charge des adolescents, des adultes, des couples et des familles qui traversent une période charnière, une période de crise où le psychisme du sujet est dépassé par ce qui lui arrive:

. troubles de l'humeur (sautes d'humeur, dépression, bipolarité)
. idées suicidaires
. troubles alimentaires
. dépendance à des substances
. dépendance aux jeux vidéos
. phobie scolaire
. échec scolaire
. devenir adulte

Les périodes charnières concernent tous les âges de la vie, et je m'intéresse aussi particulièrement aux « passages » tels que:

. être enceinte
. devenir parents
. traverser des étapes douloureuses (mobbing, burn-out, séparation, divorce)

Comment?

Chacune de ces étapes travaillées avec un enfant, un adolescent ou un adulte se fait avant tout dans le respect du rythme de mon patient et dans le respect de ce qu'il veut atteindre. Ce peut être, décidé après le bilan ou la phase d'investigation:

. une psychothérapie brève mère-bébé, ou père-mère-bébé
. un coaching pour une période de crise momentanée
. une psychothérapie brève pour un enfant, un adolescent ou un adulte ayant besoin d'une aide momentanée
. une psychothérapie plus longue si les difficultés sont présentes depuis longtemps et demandent à être élaborées sur un plus long terme.
. une psychothérapie individuelle, en alternance avec des entretiens de famille
. pour les adolescents, des séances individuelles, en alternance avec des séances avec un ou des amis proches
. des entretiens de couple
. des entretiens de famille

Je vise la reprise évolutive de mon patient, le redémarrage de son évolution psychologique naturelle.
Un patient guéri a retrouvé sa liberté, son autonomie, sa place dans le monde.
Il suit le chemin qui est le sien dans lequel il se sent bien, il est en cohérence avec lui-même, avec son potentiel, avec ses valeurs.